Livre cinquième - Le revolver

  • Les déniquoiseaux (1)

    C’est à peu près vers cette journée de samedi, passée par sieur Clubin à Torteval, qu’il faut rapporter un fait singulier, peu ébruité d’abord dans le pays, et qui ne transpira que longtemps après. Car beaucoup de choses, nous venons de le remarquer, restent inconnues à cause même de l’effroi qu’elles ont (...)

  • Plainmont (2)

    Les crédules ont tort, sans doute, mais à coup sûr les positifs n’ont pas raison. Le problème persiste.
    Ce qui est sûr, c’est que la maison passe pour avoir été plutôt utile que nuisible aux contrebandiers.
    Le grossissement de l’effroi ôte aux faits leur vraie proportion. Sans nul doute, bien des (...)

  • Plainmont (1)

    Plainmont, près Torteval, est un des trois angles de Guernesey. Il y a là, à l’extrémité du cap, une haute croupe de gazon qui domine la mer.
    Ce sommet est désert.
    Il est d’autant plus désert qu’on y voit une maison.
    Cette maison ajoute l’effroi à la solitude.
    Elle est, dit-on, visionnée.
    Hantée ou (...)

  • Clubin emporte et ne rapporte point

    Sieur Clubin fit le chargement de la Durande, embarqua nombre de boeufs et quelques passagers, et quitta, comme à l’ordinaire, Saint-Malo pour Guernesey le vendredi matin.
    Ce même jour vendredi, quand le navire fut au large, ce qui permet au capitaine de s’absenter quelques instants du pont de (...)

  • Clubin aperçoit quelqu’un

    Zuela venait quelquefois manger à l’auberge Jean.
    Sieur Clubin le connaissait de vue.
    Du reste, sieur Clubin n’était pas fier ; il ne dédaignait pas de connaître de vue les chenapans. Il allait même quelquefois jusqu’à les connaître de fait, leur donnant la main en pleine rue et leur disant bonjour. Il (...)